Le cloud computing, c’est quoi ?

8 Mar | News

Voici un vrai sujet d’actualité pour les PME et les collectivités : Le Cloud computing, le nuage.

Tout le monde en parle, mais que trouve-t-on réellement derrière cet anglicisme un peu vague ?

Comment définir le cloud computing

Pas facile de résumer en quelques mots le périmètre du CLOUD COMPUTING , tant les offres et les solutions techniques sont vastes.
Pour rester simple, il s’agit d’une solution qui permet de rendre disponible des logiciels, des messages, des architectures ou des données à tout moment en les stockant sur des serveurs distants. Vos données, ne sont pas dans un nuage abstrait mais bien stockées sur des machines.
Pour améliorer la sécurité et la disponibilité de ces serveurs et donc de vos données, les prestataires informatiques (sérieux) les hébergent dans des grandes fermes de stockage que l’on nomme DATA CENTER.
Les DATA CENTERS sont présents partout dans le monde et garantissent (en théorie et selon des niveaux différents) un accès sécurisé et une disponibilité élevée (alimentation électrique, lien télécom, contrôle d’accès).

Il existe plusieurs niveaux de sécurité

Tier 1 : Disponibilité : 99,67%

28,8 heures d’interruption/an

Aucune redondance

Tier 2 : Disponibilité : 99,75%

22 heures d’interruption/an

Redondance partielle

Tier 3 : Disponibilité : 99,892%

1,6 heures d’interruption/an

Redondance N+1

Tier 4 : Disponibilité : 99,çç(%

0,8 heures d’interruption/an

Redondance 2N+1

A noter :

Le Tier 4 n’existe pas officiellement en France car il nécessite des installations très spécialisées incluant une double alimentation électrique de la part de deux fournisseurs d’électricité distincts. EDF étant le seul fournisseur, la classification ne s’applique pas aux DATA CENTERS en France.

Quels sont les services que permet une solution Cloud Computing ?

Il y a aujourd’hui, 3 principaux services pour les PME et les collectivités : IAAS, MAAS, SAAS

Solution n°1 : IAAS (Infrastructure As A Service, une architecture technique disponible)

Le prestataire informatique met à disposition d’une entreprise ou d’une collectivité une architecture technique qui est hébergée dans un DATA CENTER. Dans cette configuration, le client est responsable de la gestion de ces serveurs et réalise seul toutes les opérations de maintenance logicielle, sauvegarde, paramétrage et mises à jour. Le Prestataire ne fait que mettre à disposition du matériel.

Points forts :

  • Pas d’investissement.
  • Une architecture technique louée, récente et qui peut évoluer rapidement.
  • Des serveurs et des espaces de stockage sécurisés et à l’abri des coupures de courant ou des pannes de réseaux.

Points faibles :

  • Le client doit assumer seul l’exploitation technique des machines et doit disposer en interne de compétences fortes dans un domaine très pointu.

Solution n°2 : SAAS (Software As A Service, des logiciels disponible en ligne)

Le prestataire informatique met à disposition d’une entreprise ou d’une collectivité un environnement de travail qui comporte des logiciels et des données, hébergés sur des serveurs à distance.

Points forts :

  • Pas d’investissement.
  • Des mises à jour disponibles rapidement

Points faibles :

  • Certains logiciels ne sont pas adaptés à ce mode de fonctionnement.

 

Solution n°3 : MAAS (Messaging as a Service, solution de messagerie hébergée)

La messagerie du client est hébergée et les mails transitent part les serveurs du prestataire informatique. Les mails du client ne transitent plus par les serveurs locaux de l’entreprise

Points forts :

  • Disponibilité de la messagerie supérieure à 99%
  • Sécurité accrue des mails
  • Fonctionnalités et mise à jour rapides pour tous les utilisateurs

Points faibles :

  • Mise en place et paramétrage complexe

En conclusion

Les solutions Cloud se démocratisent pour les PME et les collectivités. L’extension et l’amélioration des liens DSL et FIBRE OPTIQUE permettent désormais d’héberger ses données, ses logiciels, ou ses mails en dehors de l’entreprise, tout en garantissant un accès rapide et une haute disponibilité.

La sauvegarde de données externalisées et la messagerie dans le CLOUD sont souvent les premières étapes pour tester ce nouveau mode de travail.